Vous êtes ici : Liens Ignorer la navigationAccueil > Missions spécifiques > Centres de compétence > Centre de compétence des neuropathies périphériques rares et des maladies neuromusculaires rares > Site Adulte > Fiches pratiques > ENMG
 
   L’électroneuromyogramme (ENMG)  


L’électroneuromyogramme (ENMG) est un examen qui permet d’explorer le fonctionnement des nerfs et des muscles.

   Pour qui ?  


L’ENMG est un examen clef dans l’exploration de multiples pathologies nerveuses ou musculaires. Il peut être prescrit pour :
- Rechercher une compression d’un tronc nerveux comme par exemple le nerf médian dans sa traversée du canal carpien
- Etudier des racines nerveuses comme dans le cadre d’une sciatalgie ou une névralgie cervico-brachiale
- Explorer une atteinte plus ou moins étendue de tous les nerfs (polyneuropathie, polyradiculoneuropathie)
- Bilanter une faiblesse musculaire qui peut correspondre à une atteinte du muscle (myopathie) ou de la jontion neuro-musculaire (syndrome myasthénique).





 


   Comment se déroule l’examen ?  


Le médecin neurologue qui doit pratiquer un ENMG adapte ce dernier à la pathologie recherchée et à son examen clinique initial. En moyenne, l’électroneuromyogramme dure 30 minutes et il comporte en général deux parties :

- Une étude du fonctionnement des nerfs dans leur composante sensitive et motrice par stimulo-détection de surface. Ce premier temps de l’examen nécessite l’utilisation de petites électrodes posées sur la peau qui permettent de recueillir l’activité électrique envoyée par un stimulateur à un autre point du corps. Plusieurs sites de stimulation sont en général nécessaire pour explorer un même nerf et, suivant les cas, plusieurs nerfs pourront être stimulés aux membres inférieurs et supérieurs. La stimulation est responsable de fourmillements ou d’un mouvement involontaire provoqué par la contraction du muscle stimulé. Ces phénomènes sont plus désagréables que douloureux mais la sensibilité de chacun est bien sûr différente.





 



- Une étude l’activité musculaire au repos et lors d’une contraction volontaire par une électrode-aiguille stérile de petite taille qui est insérée dans le muscle après désinfection de la peau. Là encore, le nombre de muscles étudiés varie selon la pathologie suspectée. L’insertion de l’aiguille est en général ressentie au maximum comme une prise de sang. Il n’y a pas de risque d’infection.




 

   Quelles précautions ?  


Avant de bénéficier d’un ENMG le patient doit penser à :
- Signaler l’utilisation d’anticoagulant ou d’antiagrégants plaquettaires
- Signaler toutes pathologies pouvant être à l’origine d’un risque de saignement (hémophilie…)
- Eviter toute application de crème sur le corps (elle perturbe le passage du courant électrique et empêche l’adhésion des électrodes sur la peau)
- Apporter les éventuels examens ENMG antérieurs. Il est inutile d’être à jeun avant un ENMG et il n’y a pas de précaution à prendre après l’examen.


Texte rédigé par le centre de référence Neuropathies Rares Auvergne