Vous êtes ici : Liens Ignorer la navigationAccueil > Missions spécifiques > Centres de compétence > Centre de compétence des neuropathies périphériques rares et des maladies neuromusculaires rares > Site Adulte > Fiches pratiques > Biopsie nerveuse
 
   La Biopsie nerveuse  


La biopsie nerveuse consiste à prélever une partie d’un nerf pour l’analyser au microscope et tenter de retrouver la cause de la maladie ce qui peut permettre le cas échéant de proposer un traitement adapté.

   Pour qui ?  


La biopsie nerveuse est un examen invasif qui n’est pas réalisée systématiquement dans le cadre d’une neuropathie. Le neurologue demande le plus souvent ce prélèvement pour explorer certaines polyneuropathies handicapantes et/ou progressives dont l’étiologie reste indéterminée malgré un bilan exhaustif (ENMG, prélèvements biologiques, ponctions lombaires,….). La biopsie peut alors lui permettre de mieux comprendre les mécanismes à l’origine de cette atteinte du nerf périphérique, d’en mesurer la sévérité et surtout d’en trouver la cause et éventuellement le traitement.

   Quel nerf biopser ?  


Le nerf biopsié est toujours choisi dans une zone où la sensibilité est atteinte. Il s’agit dans tous les cas d’une petite branche sensitive ce qui exclut tout déficit moteur secondaire à la biopsie. Le nerf saphène externe situé (derrière la malléole externe au niveau de la cheville) est le plus souvent choisi mais d’autres nerfs peuvent être prélevés en fonction des symptômes cliniques (nerf radial au poignet, nerf musculo-cutané au dessus du coup de pied…).

   Comment se déroule la biopsie ?  


Le patient est généralement hospitalisé pendant quelques jours pour réaliser cette biopsie dans de bonnes conditions et bénéficier d’une surveillance médicale post-opératoire suffisante.
Le prélèvement est réalisé au bloc opératoire ou dans une salle dédiée dans des conditions d’asepsie rigoureuse. L’opération dure 30 minutes environ et elle est effectuée sous anésthésie locale. Après une incision de la peau de 5 à 8 cm centimètres et une petite dissection indolore pour dégager le nerf des structures avoisinantes, celui-ci est sectionné ce qui peut engendrer à ce moment précis une sensation de décharge électrique très transitoire. Une biopsie cutanée et/ou musculaire peut être réalisée dans le même temps opératoire si le neurologue prescripteur l’a jugée utile. Le cas échéant le patient en a été informé en consultation ou durant son hospitalisation et son consentement préalable a été demandé.
La cicatrice de la biopsie nerveuse est ensuite suturée avec du fil chirurgical et recouverte avec un pansement. Pour prévenir les problèmes de cicatrisation de la peau, de saignement local ou d’infections, des conseils de soins et d’hygiène sont donnés au patient qui reçoit également les ordonnances nécessaires pour éventuellement changer le pansement et enlever les points de suture après une cicatrisation complète.


   Quelles précautions ?  


Avant de bénéficier d’une biopsie nerveuse, il est nécessaire de signaler : - l’utilisation d’anticoagulant ou d’antiagrégants plaquettaires - toutes pathologies pouvant être à l’origine d’un risque de saignement (hémophilie…) - une allergie à l’iode ou à un produit anesthésiant. Après la biopsie, il faut respecter les conseils de soins donnés par l’équipe soignante à la suite du prélèvement pour le changement de pansement et l’ablation des points de suture. Lorsque la biopsie est réalisée au membre inférieur, il est important de ne pas poser le pied à terre pendant une dizaine de jours afin de ne pas risquer une réouverture de la cicatrice. Le patient peut toutefois se déplacer avec des cannes anglaises.

   Quelles complications peuvent survenir ?  


En dehors des problèmes possibles de cicatrisation de la peau, de saignement local ou de surinfection de la plaie déjà évoqués, les principales complications à signaler sont :
- le risque de réouveture de la cicatrice (surtout lié à une immobilisation insuffisante du membre biopsié)
- la survenue d’une zone d’anesthésie en regard de la région cutanée normalement innervée par le nerf prélevé. Cela peut constituer une impression d’inconfort mais il n’y a pas de douleur associée.
- L’apparition de décharges électriques gênantes lors des contacts avec la cicatrice de la biopsie. Cette complication demeure rare et elle est liée à la formation d’un névrome au niveau du nerf biopsié.

   L’analyse du prélèvement  


Le prélèvement de nerf est pris en charge par des techniciens spécialisés dans un laboratoire de neuroanatomopathologie. Les biopsies effectuées sur les patients du service de neurologie adulte du CHU de Clermont-ferrand sont le plus souvent analysées par le laboratoire du CHU de Limoges (localisé dans le service de neurologie- Pr JM.Vallat et Pr L.Magy) considéré dans ce domaine comme l’une des référence en France (http://www.chu-limoges.fr/neuropathieslim/). Le fragment prélevé subit des coupes d’épaisseur variable pour être étudié sous microscope optique voire électronique par un médecin spécialiste en neuropathologie du nerf périphérique. Différentes colorations et tests sont également pratiqués en fonction de la maladie suspectée. Toutes ces étapes minitieuses sont longues et expliquent pourquoi les résultats de la biopsie ne sont disponibles qu’au bout de plusieurs semaines.

Texte rédigé par le centre de référence Neuropathies Rares Auvergne